C'est le sujet de la photo du mois dont vous trouverez toutes les éditions en cliquant sur les liens qui suivent
100driiine, Alice, Anne, Anne fra Sveits, blogoth67, Caro, Caro[line], Caroline, Célia, Céliano, Céline, Céline in Paris, Chouchou, Clara, Claude, Cynthia, Damien, DelphineEtJulie, Doremi, Doréus, Dorydee, Ennairam, Fabienne, François, Frankonorsk, Genki, Godnat, Gouli, Guillaume, Jo Ann, L'azimutée, Mandy, Marie, Marion, Mélanie, 4 petits suisses dans un bol de riz, Nathalie, Nolwenn, Olivier, Pépinette, Sandrine, Sébastien, Shandara, Sophie, Stéphane, Tambour Major, Tania, Titem, Véronique, Virginie et Viviane.

Les calmars à la plancha

Si vous allez à Cerbère, revenez-y,  vous aurez bientôt l'impression d'y être chez vous tout en gardant la distance  qui vous permettra de respirer à fond le vent venu de la mer et le parfum des pins parasols en marchant vers le phare solaire. Laissez-vous charmer par ce que d'aucuns trouveront laid : la route sinueuse suspendue sur la baie, qui pourrait défigurer le village si on l'avait connu avant, l'hôtel du Belvédère et du rayon vert, dont le béton  s'effrite inexorablement, redécoré ici et là  par le rouleau attentionné de la gardienne en blanc et  bleu du ciel comme dans les années vingt, les anciens bâtiments des douanes, et  les vestiges d'un passé commerçant et fourmillant qui disparaitront  dans la ruine ou la restauration abusive. Cerbère était délaissée par les touristes, entre Banyuls Collioure et l'Espagne, peuplée de plongeurs en hordes ou presque solitaires.
Après avoir guetté le mérou et taquiné la murène,  boire un chocolat chaud à la Coba, déguster une glace à la violette à la Dorade en plaisantant avec le patron mélomane, une bière locale au miel, ou s'attabler au restaurant de la Plage.
Ces calmars saisis à point, accompagnés de pommes de terres savoureuses et d'un muscat sec, c'est toute la Méditerranée, les galets chauffés par le soleil, les figuiers de barbarie, les agaves, le thym sauvage, les vignes escarpées, les siestes à l'ombre des volets fin juillet, les embruns, les alevins de castagnoles et les girelles paons, le ressac qui berce les nuits d'août aux fenêtres ouvertes et les matins de printemps.
N'allez pas à Cerbère, n'y allez pas, je  garde ce lieu pour moi seule.

PICT1368

Et ici quelques photos de Cerbère ...